Communiqué de presse de Mojust rendant hommage aux victimes du Génocide Arménien

Le 24 avril marque le 104ème anniversaire de Metz Yeghern – le Grand Mal- quand plus d’un million d’hommes, de femmes et d’enfants ont été exterminés par le gouvernement nationaliste ottoman en Mésopotamie.

Le génocide arménien de 1905 a été le prélude à une série d’autres crimes de masse et atrocités tels que déportations, nettoyages ethniques, meurtres de masse, migrations forcées et mise en œuvre de différentes phases de génocide commis au Moyen-Orient à l’encontre des Grecs, des Kurdes, des Assyriens, des Chaldéens, des Nestoriens, des Yézidis, des Palestiniens, pour ne citer que quelques-uns: Sayfo génocide (1915-1920); Massacre de Tel al-Zaatar en 1976, le génocide culturel prolongé contre les Kurdes; la campagne d’Al-Anfal, y compris le massacre de Halabja en 1988; Guerre de Gaza en 2008-2009, attaque chimique à Gouta en 2013; massacres génocidaires à Sinjar en 2014, guerre urbaine et crimes de guerre dans des villes kurdes en Turquie en 2015-2016, massacres de masse au Yémen en 2018.

Les gouvernements turcs successifs ont jusqu’à présent perpétré l’extermination de centaines de milliers de civils sous prétexte de «mesure de guerre» et continuent à nier la reconnaissance des faits établis, fondés sur des recherches qualitatives et quantitatives sur le Génocide Arménien.
L’Observatoire de la Justice de Mésopotamie rappelle que, même si la négation du génocide est un crime dans certains pays, dont la Suisse, aucun tribunal international pour rétablir la justice n’a été instauré au Moyen-Orient. Les principaux responsables n’ont jamais été poursuivis pour leurs crimes. Les survivants n’ont jamais reçu de dédommagement pour leurs pertes. Les générations suivantes et les survivants n’ont jamais trouvé la justice pour la terreur infligée à leurs ancêtres. Ils n’ont pas non plus pu faire leur deuil.

L’Observatoire de la Justice de Mésopotamie affirme sa détermination à ne ménager aucun effort pour que justice soit rendue aux victimes de génocides, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis au Moyen-Orient au XXème siècle et au cours de la période actuelle.

Les crimes de génocide et les crimes contre l’humanité étant des menaces pour l’ordre public international, l’Observatoire de la Justice de Mésopotamie n’oubliera jamais le Génocide Arménien et restera toujours vigilant dans la lutte pour la quête de droits contre la négation, pour la reconnaissance des crimes et la poursuite des auteurs des atrocités commises au Moyen-Orient.

Mesopotamia Observatory of Justice